L’année dernière, nous nous sommes associés à Human Rights Foundation pour financer la camaraderie Qala, un programme destiné à trouver et développer les talents Nigériens locaux. Cette année, nous sommes heureux d’annoncer un nouveau partenariat mettant l’accent sur la corrélation entre l’argent et les droits de l’homme. 

Notre don permettra de financer le journalisme indépendant en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Plus précisément, la subvention est destinée au Daily Maverick en Afrique du Sud, à El Toque à Cuba et au Democratic Voice au Myanmar, des services de nouvelles gérés indépendamment, hautement réputés et axés sur la mise en avant d’histoires locales diverses sur la scène mondiale. 

Au moyen de ce partenariat et de cette subvention, ces organisations pourront librement couvrir la manière dont Bitcoin et les cryptomonnaies affectent la vie quotidienne et les moyens de subsistance de leurs communautés, ainsi que l’impact des restrictions gouvernementales continues sur la liberté financière, particulièrement si on prend en compte l’avenue proche des devises numériques des banques centrales. 

Nous croyons que ce partenariat nous rapprochera un peu plus de l’adoption et de l’éducation Bitcoin. Nous avons directement témoigné de la manière dont l’éducation crée la confiance et c’est exactement comme ça que nous atteindrons le Bitcoin pour tous. 

Nous prévoyons d’effectuer d’autres dons au bénéfice d’autres organisations de presse indépendante d’envergure afin d’ouvrir davantage d’opportunités d’exploration de ce domaine. 

« Bitcoin pour tous commence par l’éducation. Ces services de nouvelles disent la vérité. Ils ont gagné la confiance et le respect de leurs communautés locales. Ils peuvent désormais promouvoir l’adoption et l’éducation Bitcoin au moyen de leurs histoires. Nous sommes incroyablement fiers de donner à ces publications indépendantes le moyen de mettre en lumière le Bitcoin pour tous. » – Ray Youssef, Co-fondateur et PDG de Paxful

« Dans les régimes autoritaires mondiaux, nous observons des gouvernements qui répriment la liberté financière du peuple. Au moyen du gel des comptes bancaires, de la dépréciation monétaire et du contrôle des capitaux, des États visent à contrôler leurs populations. Ces subventions permettront davantage de signalements indépendants de cette tendance, ainsi qu’un examen approfondi de la manière dont la population utilise le Bitcoin et les stablecoins pour y échapper. »– Alex Gladstein, Directeur de la stratégie chez Human Rights Foundation